Hommage à Feu Docteur Roger Cadieux

Hommage au Dr Roger Cadieux

  • 23 mars 2020

Hommage au Dr Roger Cadieux

1024 577 Réseau Affaires Verdun

L’avis de décès

C’est avec un immense chagrin que nous vous annoncions en début de mars, le décès du Dr Roger Cadieux à l’aube de ses 88 ans. Comme il le souhaitait, il est décédé le 5 mars 2020 entouré des siens dans sa maison de Verdun, ville dont il a tant contribué à sa revitalisation.

Il a été l’époux de deux femmes remarquables: Lise Viau, la mère de ses enfants, décédée en 1988 et Gabrielle Lafontaine, sa complice des 30 dernières années. Il laisse dans le deuil ses cinq enfants, Élizabeth (François Hébert), Sylvie (Michel Drouin), François (Marie-Christine Chauvin), Christine (Jacques Pilon) et Dominique (Christian Langheit), ses 14 petits-enfants, Gabriel, Alexandre, Geneviève, Laurence, Catherine, Valérie, Frédéric, Camille, Audrey, Myreille, Stéphanie, Flavie, Nicolas et Antoine ainsi que son arrière-petit-fils, Charles-Henri. Il laisse aussi dans le deuil les enfants de Gabrielle, Marie-Lyne et Alain Brodeur, sa petite-fille Isabelle, ses beaux-frères et ses belles-sœurs, Viateur, Gertrude, Laurent, Robert et Yolande, ainsi que de très nombreux parents, collègues et amis.

Roger Cadieux fut un homme dont le parcours professionnel a été exceptionnel. Animé par plusieurs passions ainsi que par des valeurs familiales et humaines, il a mené jusqu’à la fin une vie très active. De la médecine familiale à la santé communautaire en passant par l’entrepreneuriat, le développement local et ses implications sociales, il a su mettre à profit au service de la communauté, ses qualités de visionnaire, de pionnier, de leader, de bâtisseur et de mentor.

Sa contribution s’est traduite dans de nombreuses réalisations menées au sein d’associations et d’institutions médicales, universitaires, communautaires et d’affaires, notamment par la fondation de la clinique médicale Hickson, du département de  santé communautaire au Centre hospitalier de Verdun, du Forum économique de Verdun et du Centre de Santé des Aînés Sud-Ouest-Verdun. Il a été nommé Grand Verdunois en 2010.

La famille tient à remercier chaleureusement la Dre Geneviève Desbiens de l’Hôpital Notre-Dame, l’équipe des soins palliatifs du CLSC de Verdun sous la direction de la Dre Geneviève Dechêne, notamment Maude Dufour, infirmière clinicienne pour les soins prodigués. Nous tenons aussi à souligner l’accompagnement particulier du Dr Robert Marchand tout au long de sa maladie.

Une soirée « Coup de chapeau » pour lui rendre hommage devait avoir lieu le vendredi, 27 mars à l’Église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs ainsi qu’une célébration religieuse le lendemain, samedi, le 28 mars au même endroit mais compte tenu de la situation entourant la propagation du virus COVID-19, ces événements sont remis à une date ultérieure non déterminée. 

Un Grand Verdunois

Médecin de famille 9 1959-2006 ) et de la santé communautaire ( 1981-2010 )
Président fondateur et directeur général Forum Économique de Verdun ( 1991-2010 )

Implication sociale dans Verdun

  • Fondateur ( 1959 ) et médecin de la Clinique médicale Hickson (1959-2006 )
  • Chef fondateur du département de médecine générale (1967-1980 ) et du DSC Verdun ( 1973-1994 )
  • Directeur des services professionnels Hôpital Champlain ( 1976-1997 ) et Manoir de Verdun ( 1973-1995 )
  • Membre fondateur de la Clinique médicale Physergo du Sud-Ouest ( 1995-2010 )
  • Président ( 1996 ) et membre du CA de la Chambre de commerce du Sud-Ouest Verdun ( 1992-1997 )
  • Membre fondateur et membre du CA de la Fondation du développement local de Verdun ( 1994-2010 )
  • Membre fondateur ( 1998 ) et gestionnaire du Centre d’affaires de Verdun ( 1998-2010 )
  • Président exécutif des Fêtes du 125e anniversaire Ville de Verdun ( 1999-2001)
  • Mise sur pied du projet RAME ( Regroupement des amis mentors et de l’entrepreneurship  ( 2000 )
  • Lancé en 2008 le projet “Les Aînés de Verdun, on les a à cœur”
  • L’implantation progressive en 2014 du Centre de Santé des Aînés Sud-Ouest Verdun.

Rayonnement externe

  • Président de l’Association des médecins en santé communautaire du Québec ( 1986-1996 )
  • Professeur adjoint de Clinique de médecine et préventive Université de Montréal ( 1982-1997 )

Hommages

Hommage de l’Honorable David Lametti, Député de LaSalle-Émard-Verdun

C’est avec beaucoup de tristesse que j’ai appris le décès du Dr Roger Cadieux dernièrement. Comme plusieurs d’entre vous, j’ai été touché et impressionné par son dévouement à notre communauté.

Le Dr Cadieux était non seulement un érudit doté d’un remarquable intellect, mais également un homme qui cherche sans cesse des moyens de venir en aide à ses concitoyens et à ses concitoyennes.

À chaque fois que nous avons collaboré, j’ai pu constater l’importance de son impact à Verdun. C’est avec honneur et humilité que je l’ai aidé à mettre en place différentes initiatives dans Verdun et c’est avec honneur et humilité que je me joins à chacun d’entre vous pour le saluer une dernière fois maintenant. Finalement, j’offre mes condoléances à sa famille et à ses proches ainsi que toutes mes sympathies en cette triste période.

Honorable David Lametti

Député de LaSalle-Émard-Verdun
Ministre de la Justice et procureur général du Canada

Hommage d’Isabelle Melançon, Députée de Verdun

J’ai le souvenir d’un homme passionné qui possédait un immense attachement, non seulement à ses proches, mais à l’ensemble de sa communauté.

Visionnaire, il a mis en place les fondements pour que Verdun devienne un milieu de vie dynamique, tant au niveau économique que culturel. Ses convictions ont été pour lui sa motivation et il a su s’entourer de gens motivés tout au long de sa vie.

Instigateur de nombreux projets qui ont eu un impact important et positif dans la vie de plusieurs Verdunois et Verdunoises, nous pouvons lui dire merci d’avoir fait de Verdun un endroit où il fait bon vivre.

Dr Cadieux, vos efforts et votre legs resteront gravés à jamais dans l’histoire de Verdun et la mémoire des gens qui l’habitent.

Isabelle Melançon

Députée de Verdun

Mot de Jean-François Parenteau, Maire de l’arrondissement de Verdun

Cher Dr. Cadieux,

Votre récent départ m’a amené à retracer, à travers votre parcours, la portée positive que vos actions philanthropiques ont eues dans notre communauté!

Vous avez su soutenir les initiatives locales avec des activités et projets tels que : les Coups de chapeau, les Grands Verdunois, les Jardins des petites binettes, le Centre de santé du cœur et, sans oublier, instigué le fameux slogan “J’ai le cœur à Verdun”.  Tout ceci a contribué de façon extraordinaire à la relance de notre communauté et à favoriser la prise en charge du milieu par le milieu.
C’est à travers ces différentes initiatives que vous avez su prendre soin de notre collectivité.

Sachez, Dr. Cadieux, que le temps n’effacera jamais notre devoir de mémoire!

Jean François Parenteau

Maire de l’arrondissement de Verdun
Membre du comité exécutif, responsable des relations gouvernementales,
de l’environnement, des services aux citoyens, de l’approvisionnement, du matériel roulant
et des ateliers municipaux.

Mot de Robert Marchand, md,

Avez-vous le cœur à Verdun?

Pouvez-vous m’expliquer pourquoi et comment cette ancienne ville maintenant devenu un arrondissement se retrouve si souvent au cœur des événements? Pouvez-vous m’expliquer pourquoi Verdun fait encore aujourd’hui preuve d’autant de leadership?

C’est qu’il y a eu des visionnaires qui ont mis tout leur savoir, toutes leurs énergies au développement de cette ville, maintenant un arrondissement prisé de ses nombreux citoyens. Alors quand celui qui en fut l’inspiration, la clé de voûte, la pierre d’assise, disparaît, il faut le souligner. C’est un devoir de mémoire pour ceux qui ne savent pas.

Je parle ici du Dr Roger Cadieux.
Je suis arrivé à Verdun en 1979 pour compléter une résidence de médecine familiale de deux ans, séduit par le milieu communautaire et de tissu social. Et 40 ans plus tard, j’y suis toujours. Trop passionnant de vivre ici, de participer aux projets de développement social, d’y pratiquer la médecine dans différents champs de pratique.

À cette époque là, Dr Cadieux était déjà médecin de famille depuis 20 ans. Propriétaire et cofondateur de la clinique Hickson l’année même de sa graduation, on peu dire que l’homme d’affaire qu’il était se manifestait déjà.
En 1967 il devenait le premier chef du département de médecine générale et en 1973, il fondait le département de santé communautaire DSC) de Verdun et en devenait le chef.

En 1974 il y démarrait un des premiers milieux de formations spécifiques aux médecins de famille : la Clinique Universitaire de Médecine Familiale (CUMF) de Verdun, affiliée à l’Université de Montréal, offrant le programme de résidence de deux ans. Éventuellement transférée à l’Hôpital de Verdun, la CMFU de Verdun est encore aujourd’hui un important centre de formation de médecins, d’infirmières praticiennes tout en desservant la population du territoire du Sud-ouest de l’île de Montréal, dont une proportion significative de patients provenant de milieux socio-économiques défavorisés.
Mais moi, arrivé en 1979, pouvais-je savoir que j’assisterais dans les 10 années suivantes à la lente agonie de Verdun, la fermeture graduelle des commerces sur la rue Wellington, à l’appauvrissement du tissu social. C’était devenu un désert économique et à cela s’associait la pauvreté, le décrochage scolaire, la maladie, la diminution de l’espérance de vie.

C’est là que la combinaison du médecin de famille, du médecin en santé communautaire et d’homme d’affaire allait permettre au Dr Cadieux d’offrir le meilleur de lui-même, de devenir en quelque sorte d’entrepreneur social. Comme chef du département de santé communautaire, il voyait les chiffres évoluer, la situation sociale du Sud-ouest se détériorer. À problème complexe, solutions complexes. Il ne s’agit pas ici que d’injecter plus de fonds gouvernementaux mais de mobiliser toute une population.

Il faut comprendre que la santé vient avec la richesse. Mais avec la richesse seulement si elle est bien gérée, bien distribuée. La santé vient aussi avec le sentiment d’avoir un pouvoir sur sa vie. Pour citer Dr Cadieux1, une ville, c’est les gens qui la composent, les groupes, les organisations, un ensemble de décideurs, publics, privés qui agissent souvent de façon isolée. Docteur Cadieux comprenait cela et c’est dans cette vision holistique, qu’il mit en place son plan de redressement de la ville. Mobilisation des élus, discussions franche avec des hommes d’affaires dont il comprenait la façon de penser, mobilisation des politiciens locaux, des gens de la rue. Il s’agissait de créer une attitude nouvelle avec comme objectif de passer d’un Verdun-ville-pauvre à un Verdun-ville-fière-ou-tout-est-possible. Vous souvenez-vous de cette époque où tout le monde, les médias, dénigraient Verdun? On n’en parlait que pour ses feux, sa criminalité. Cette transformation ne s’est pas fait toute seule. Bien sûr, elle n’est pas l’œuvre d’un seul homme. Mais le Dr Cadieux a su rassembler une fraction significative de la population de Verdun et leur transmettre une flamme, un projet: reconstruire et transformer le milieu dans lequel ils vivaient.

En 1992 était mis en place le Forum Économique de Verdun, regroupant les institutions et intervenants de divers secteurs dont le but en fait était simplement de se connaitre, de se parler, de se mobiliser et de passer à l’action. On a misé sur le développement local par lequel la communauté pouvait travailler à façonner son propre environnement, à créer des projets à saveur économique qui permettraient à chacun de gagner sa vie. On ne cherchait pas à inviter les grandes entreprises à venir s’implanter mais on supportait les pépinières, les incubateurs d’entreprise aussi petite soient-elles.

L’homme a cette capacité de rêver, de faire des projets en autant qu’il est supporté, reconnu. Le forum économique s’est donné comme mission de favoriser une culture entrepreneuriale et aussi une culture de reconnaissance. Ainsi ont pris forme Les Coups de Chapeaux, Les Grands Verdunois, Les Pinceaux d’ors, Les prix des jeunes entrepreneurs… les projets de communications pour les jeunes et pour les aînés,et j’en passe.

Pensez-vous que Dr Cadieux à ensuite pris sa retraite?  Mais non. Lancé dans une multitude de projets via son Centre de Santé pour les aînés, il avait pour objectif de briser l’isolement des personnes âgées. Ses concerts « mercredis en musique » enregistraient en moyenne 500-600 aînés. Son Bottin Or distribué gratuitement année après année en collaboration avec les hommes d’affaires du Sud-ouest offrait de précieuses informations aux personnes âgées. Et il continuait jusqu’à tout récemment d’animer des ateliers sur la prévention des chutes.

C’est la maladie qui l’a cloué au lit, la tête toujours pleine d’idées…

Quelle vie.

Dr Cadieux avait bien compris le message clé du fameux Rapport Lalonde (1974) : Les déterminants de la santé ne sont pas simplement influencés par le système de santé mais par un ensemble de facteurs socio-économique. C’est en sollicitant les grandes qualités des humains, en les encourageants à non pas seulement rêver mais à passer à l’action, à poser des actions économiques, entrepreneuriales qu’il a contribué de façon unique à relancer, à revitaliser Verdun.
Promenons-nous maintenant dans Verdun, sur la Wellington. Elle est belle, elle est désiré, elle est même souvent envié.

Robert Marchand, md, FMFC, M.Sc (Épidémiologie)

Hommage d’Alain Laroche, Ex-commissaire au développement local de Verdun et ami personnel du Dr. Roger Cadieux

C’est sur la plan personnel et professionnel que, pendant près de 30 ans de ma vie, le sage, le mentor et le coach qu’est le Dr. Roger Cadieux m’a le plus influencé.

Il ne faut pas s’y méprendre, on lui doit, à lui et aussi à son épouse, Gabrielle Lafontaine, le Verdun que l’on connaît et où l’on vit aujourd’hui. Je veux témoigner que mon ami Roger, parce qu’il était avant toute chose un ami, a mené jusqu’à la fin une vie très active.

Nous avons été choyés, mon épouse, Micheline, et moi, d’avoir été les grands amis du couple Cadieux-Lafontaine. Roger croyait beaucoup à l’amitié et disait qu’il fallait prendre le temps pour la cultiver et l’entretenir. Nous avons beaucoup voyagé ensemble en Europe, en voiture principalement. Peu de circuits de voyage ont été improvisés, le Dr. Cadieux était toujours en plein contrôle.

Aujourd’hui, je suis plongé dans un immense chagrin. Je perds un ami, une personne qui m’était très proche et très chère, un confident. Pour moi, ça témoigne de la grandeur d’âme du personnage et des grandes belles valeurs humaines qui l’animaient. Le Dr. Cadieux a touché tellement de monde à Verdun.

Je ne l’oublierai jamais.

Alain Laroche

Directeur des communications Groupe Gravel Auto
Ex-commissaire au développement local de Verdun

Partagez sur les médias sociaux